Archives quotidiennes :

Apple présente iOS 7

Cette entrée a été publiée dans Apple le par .

Lors de la WWDC, Apple a présenté comme prévu un aperçu d’iOS 7. Cette mise à jour d’iOS est la plus importante depuis la sortie du premier iPhone, elle dispose d’une nouvelle interface complètement revue. iOS 7 intègre des centaines de nouvelles fonctionnalités, dont Centre de contrôle, Centre de notifications, un mode multitâche amélioré, AirDrop, une app Photos enrichie, Safari, Siri, ainsi qu’iTunes Radio, un nouveau service gratuit de radio sur Internet basé sur la musique que vous écoutez sur iTunes.
ios7
iOS 7 sera disponible cet automne pour les iPhone 4+, iPad 2+, iPod touch 2G+ et iPad mini. Plus d’informations sur iOS 7 sur le site d’Apple.

Apple devrait proposer l’iRadio

Cette entrée a été publiée dans Apple le par .

Selon AllThingsD, Apple devrait présenter une radio qui devrait naturellement s’appeler iRadio. Le géant du Cupertino aurait déjà signé des contrats avec trois très importants majors que sont Warner, Universal et Sony.

Pour le moment, Apple n’a donné aucune information sur cette iRadio, mais la rumeur enfle depuis des mois, mais il serait temps pour le groupe de Cupertino de proposer des nouveautés, car le manque de nouveautés pèse sur l’action de la société.

Windows 8.1: Une capture d’écran qui en dit long

Cette entrée a été publiée dans PC - Software le par .

Lors d’une présentation, Microsoft a présenté une capture d’écran présentant les nouvelles options de démarrage de Windows 8.1. On apprend ainsi qu’il sera possible de démarrer sur le bureau, en évitant le passage, qui est actuellement obligatoire, sur le Start Screen.
windows81_startscreen
Il sera aussi possible d’afficher le fond d’écran du bureau pour l’afficher sur le Start Screen. Dans l’écran des applications, il sera possible de les trier selon différents critères alors qu’elles sont actuellement affichées par ordre alphabétique. Windows 8.1 sera disponible dès le 26 juin prochain.

» Via engadget

Sony Vaio Pro 11 & 13: Nouveaux ultrabooks

Cette entrée a été publiée dans Hardware le par .

Sony présente deux nouveaux modèles d’ultrabooks de la gamme Vaio Pro. Le modèle 11 pouces pèse seulement 870 grammes alors que la version 13 pouces affiche 1,06 kilo sur la balance. Sony ne semble pas avoir rogné sur les batteries puisque l’autonomie annoncée est de 14 et 13 heures voire même de 18 et 25 heures avec des batteries additionnelles.

Pour le reste, les deux modèles disposent d’une dalle IPS Full HD, un processeur Haswell Core i5-4200U, du WiFi 802.11n, Bluetooth 4.0, lecteur de cartes, deux ports USB 3.0, une sortie HDMI et des puces NFC et TPM. A noter aussi que le clavier est rétroéclairé et que le chargeur se transforme en point d’accès WiFi grâce à un adaptateur que l’on branche sur une prise Ethernet.
sony_vaio_pro11
Au niveau des différences, le Vaio Pro 11 est équipé de 4 Go de RAM et d’un SSD de 128 Go (256 Go en option) alors que le Vaio Pro 13 dispose de 8 Go de RAM et d’un SSD de 256 Go (512 Go en option). Enfin, Sony annonce qu’une version avec écran tactile sera aussi commercialisée. Le prix d’entrée du Vaio Pro 11 sera de 1150 dollars contre 1250 dollars pour la version 13 pouces.

PRISM: Faut-il avoir peur des géants IT américains ?

Cette entrée a été publiée dans Divers le par .

Le scandale qui agite l’administration Obama est digne d’un film à l’américaine ou d’un très célèbre livre qui est bien souvent cité dans cette affaire, 1984 de George Orwell. PRISM est un programme de surveillance de la toute puissante NSA et qui a commencé par la révélation de la collecte de toutes les métadonnées des clients professionnels de Verizon par l’Agence. Mais au-delà de la surveillance de ces télécommunications, le programme PRISM sous couvert de la lutte contre le terrorisme, aurait permis au gouvernement d’avoir un accès direct aux serveurs des géants de l’IT comme Microsoft (et ses sociétés telles comme Skype), Apple, Facebook, Google (YouTube y compris), ou encore Yahoo!.

Il serait dès lors possible pour la NSA de suivre en temps réel toutes communications qui sont censées être personnelles. Avec l’utilisation massive du Cloud, il devient encore plus facile de surveiller tous ceux qui y stockent des fichiers. On peut toujours partir du principe que si l’on n’a rien à se reprocher, on ne risque rien et que vu le nombre impressionnant de données qui circulent, il est impossible pour les services américains de tout analyser. Les plus pessimistes diront que c’était prévisible, certains tomberont de haut, d’autres décideront des organisations comme les Anonymous et d’autres éviteront au maximum d’utiliser des services américains.

Les sociétés concernées y vont de leur démenti, l’administration américaine minimise et tous ceux qui aiment l’informatique sont dubitatifs. Mais finalement, il est difficile de trier le vrai du faux, mais quoi qu’il en soit, il semble bien que la relation de confiance, qui était déjà très fine voir inexistante, entre le consommateur et ces sociétés a pris un sacré coup dans l’aile.

Au-delà du réel problème de la confidentialité pour les utilisateurs, il y a aussi la question de la gestion de ces données par les services américains. La NSA semble avoir fait le pari de tout récupérer sur tout le monde, bien que les informations importantes seront certainement perdues parmi les milliards déformations qui défilent chaque seconde. Au lieu de cibler dès le départ ce qui a une vraie valeur pour le renseignement, les autorités américaines préfèrent essayer de surveiller le Web ce qui leur vaudra certainement d’autres scandales, une décrédibilisation de certaines de leurs plus grandes sociétés pour une efficacité qui est loin d’être prouvée!

Difficile toutefois de passer plusieurs heures par jour sur la Toile sans jamais utiliser un service d’un de ces mastodontes…